Promotions

Axelle DE CADIER DE VEAUCE

Promotion 2019

Diplomé de : UTC
CV : Télécharger
Courriel : Axelle.DE_CADIER_DE_VEAUCE@mines-paris.org

Mission OSE

Organisation/ Entreprise : GRTGAZ

Lieu de la mission :

Mission : analyse de l’impact systémique des changements de profil de charge

Résumé de la mission :
Introduite par la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte (LTECV), la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC) est la feuille de route de la France pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. En 2011, l’accident de Fukushima a conduit à une profonde remise en question de la place du nucléaire dans le mix énergétique européen au profit des énergies renouvelables. Néanmoins, l’intégration massive d’ENR intermittentes et non pilotables (>30% du mix électrique et jusqu’à 100% dans certains scénarios) suscite de nombreuses interrogations quant à la résilience du réseau électrique. Dans ce contexte, ma mission professionnelle s’articule autour de la modélisation du mix énergétique français à l’horizon 2050, à travers l’étude prospective de la pompe à chaleur hybride (PAC h) dans le parc résidentiel français. En permettant un couplage entre les réseaux de gaz et d’électricité, cette technologie pourrait devenir un levier de flexibilité pour le réseau électrique, sécurisant l’approvisionnement en chauffage. L’objet de la mission a été d’identifier le potentiel de développement de la PAC hybride, pour différents scénarios de production et de consommation (parc nucléaire installé, climat en 2050, météo et influence des profils de production et consommation). Il ressort de cette étude que la PAC hybride apporte une réelle flexibilité au réseau d’électricité sur les mois d’hiver les plus froids (déc, janv), sécurisant l’approvisionnement en chauffage tout en conservant des coûts du gaz acceptables. Les études technico-économiques réalisées révèlent que malgré un Coefficient de Performance de la PAC élevé, le recours au gaz pourrait être économiquement plus avantageux, en raison de la volatilité des prix de l’électricité (lié à la disponibilité des ENR). Ces résultats suggèrent qu’un pilotage du mode hybride indexé sur un référentiel de prix et non de températures serait plus pertinent.